Rachel Dolezal est une activiste très connue dans sa région. Depuis plusieurs années, elle milite pour les droits des noirs en général et des afro-américains. Cette américaine de 37 ans est directrice locale de la NAACP ou National Association for the Advancement of Colored People (association nationale pour l’émancipation des gens de couleur). Depuis quelques temps, elle est au centre d’une polémique ayant trait à sa couleur de peau. C’est d’abord le site cdapress.com qui a diffusé cette information, remettant en doute la parole de cette femme se définissant comme afro-américaine depuis plusieurs années maintenant. La nouvelle fait son chemin, et d’autres journalistes se mettent à enquêter pour avoir leur propre version des faits. Ces démarches débouchent sur un interview de l’intéressée, qui peinera grandement à convaincre les spectateurs de sa bonne foi.

Lorsque le présentateur lui demande si elle est réellement d’ascendance afro-américaine, Rachel Dolezal répond tout simplement qu’elle « ne comprend pas la question », avant de subitement mettre fin à l’interview. Cela n’arrangera en rien l’opinion que le public se faisait de l’affaire, puisque des moqueries commenceront à surgir de divers médias, notamment sur internet. La machine va alors s’emballer lorsque les journalistes iront jusqu’à retrouver les parents de Rachel Dolezal. Ces derniers sont loin de soutenir leur fille dans son combat, puisqu’ils expliquent aux journalistes qu’elle est bien née de type caucasien. Photos à l’appui, ils démontrent que Rachel Dolezal n’est pas afro-américaine, mais simplement américaine. Force est de constater sur ces clichés que ce qui constitue maintenant sa peau bronzée et ses cheveux frisés étaient durant son enfance un teint blanc comme la neige et des cheveux clairs. L’intéressée elle, continue de nier ce fait en soutenant qu’elle a des origines africaines.

Afin de résoudre le problème, certains ont tout simplement proposé que Rachel Dolezal subisse un test de paternité. Si les résultats étaient positifs, cela établirait qu’elle a menti pendant plusieurs années sur ses origines. Si le test de paternité était négatif, sa version de l’histoire aurait beaucoup plus de crédit. Rachel Dolezal s’est pourtant totalement refusée à cette idée, expliquant que :

« Je sais qui m’a élevé. Je n’ai fait aucun test de paternité, et il n’existe aucune preuve que Larry et Ruthanne soient mes parents biologiques. Je ne dis pas que je peux prouver qu’ils ne le sont pas, mais je ne sais pas si je peux prouver qu’ils le sont. Mon acte de naissance a été émis un mois et demi plus tard, et il n’y a certainement aucun témoin du corps médical de ma naissance car cela s’est passé dans les bois”.

Ces explications très succinctes semblent ne pas convaincre la majorité des gens. Déjà, certains lui demandent même de rendre des comptes à la NAACP et de quitter ses fonctions, non pas tant à cause de sa couleur de peau réelle qu’à cause du mensonge qu’elle aurait sciemment mis en scène pendant plusieurs années.