Le test de paternité par test ADN étant une technique relativement jeune en comparaison de certaines autres, une certaine incompréhension demeure encore quant à certains de ses aspects. De là découlent certaines rumeurs persistantes, que nous nous ferons un plaisir de démythifier une bonne fois pour toutes :

  • 1° Le test de paternité est seulement utilisé par les mères célibataires : c’est absolument faux. En fait, presque tout le monde est susceptible d’avoir recours au test de paternité : enfant de père inconnu, géniteur incertain de sa progéniture, mère avec des doutes sur ses partenaires du moment, réclamation d’héritage, action aux fins de subsides… les cas envisageables sont potentiellement infinis. D’où vient alors cette rumeur ? Probablement du fait que très souvent, les médias relayent des histoires de mères agissant en nom et cause de leur enfant au tribunal. ” target=”_blank”>Comme l’expliquait Brigite Bogucski avec une certaine ironie à la télévision, « assez curieusement, on a beaucoup de messieurs qui ne font pas la relation entre avoir une relation avec une dame et avoir un enfant ».
  • 2° Le test de paternité est cher : encore une fois, la réalité est bien moins outrageuse que le fantasme. En moyenne, le prix constaté d’un test de paternité standard est d’environ 150€. Pour cette somme, l’envoi du kit de prélèvement est inclus, la qualité est au rendez-vous (notamment avec la norme ISO 17025), et les résultats parviennent en moins d’une semaine. Si la somme n’est pas anodine pour la plupart des foyers, elle reste non seulement accessible pour beaucoup, en plus d’être très largement inférieure à des frais d’avocat et de justice engagés à l’aveugle (c’est à dire sans savoir si l’on agit dans le bon sens).
  • 3° Le test de paternité est interdit : cette fois, la rumeur n’est pas totalement infondée. Elle fait référence à l’interdiction très spécifiquement française d’utiliser le test de paternité dans un cadre commercial, récréatif, ou même simplement indicatif à titre personnel. Pourtant, le test de paternité n’est pas complètement banni en terres hexagonales puisque la possibilité d’un test de paternité légal y subsiste. Aussi, il est possible d’y réaliser des tests ADN dans le cadre d’identification des personnes décédées ainsi que pour la recherche scientifique.
  • 4° Le test de paternité, ce n’est pas fiable : grossière erreur que de penser cela, alors que le test de paternité est la méthode la plus fiable à ce jour pour déterminer la parenté d’un enfant. Pourquoi cette rumeur alors que les résultats sont fiables à 99,9999% ? C’est en fait l’incertitude sur les échantillons que l’on a ici imputé au test de paternité en lui-même. Or, le test de paternité commercial repose sur un principe de confiance et de responsabilité lors du prélèvement ; cela veut donc dire que les participants attestent, et que le laboratoire ne vérifie pas l’identité car il laisse la responsabilité légale de la fraude à celui qui la tente.